Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Au fil de la maladie

Au fil de la maladie

Biographie, maladie

Le jour où tout à commencé

Je ne suis pas quelqu’un qui va chez le médecin pour le moindre bobo. J’ai plutôt tendance à attendre la dernière minute lorsque je n’ai plus le choix. Ce n’est évidement pas une bonne idée. Étant née prématurément et pesant 1kg760 (le poids de beau rosbeef) le moindre petit rhume ou autre virus tout banal tourne vite à la cata avec moi. J’ai même attrapé la coqueluche quand c’est une maladie qui n’existe quasiment plus. C’est pour dire! Certains diraient que je suis une petite nature, d’autres diraient que je suis un CAS.

Nous sommes en avril 2011 me voilà prise avec une infection urinaire qui traînait depuis plusieurs jours. Ma collègue qui est aussi mon amie, me dit ‟ tu ne peut pas rester comme ça, je t’emmène aux urgences ” Nous voilà parties pour plusieurs heures d’attente. (Je vous rappelle que je suis au Québec et que la moyenne d’attente aux urgences est entre 12 à 18h, sauf si vous êtes à l’article de la mort et encore). Je fini par être vue par un médecin qui me donne des antibiotiques et me demande de revenir si les douleurs persistent après 48 heures. Étant très indisciplinée J j’y retourne plus de 72 heures après tellement les douleurs sont intenses. À peine arrivée et mes signes vitaux de vérifiés, on me met sur une civière en urgence majeure. Whoua, qu’est ce qu’il se passe! Le médecin ne comprend pas, puisque je n’ai plus d’infection et il n’est pas normal que j’ai tant de douleurs. Alors il me fait faire un IRM (une résonance magnétique) et me dit que l’on m’appellera si il y a un problème. Quelques jours après j’ai reçu un appel me disant qu’il fallait que je me présente à l’hôpital pour rencontrer un gastroentérologue.

Je rencontrais ce fameux docteur, j’avais l’esprit complètement tranquille et je ne m’attendais pas une seconde à la bombe qui allait me tomber sur la tête.

Me voici devant ce Monsieur qui me balança en pleine figure, ‟vous avez les artères complètement bouchées ma ptite dame” ! J’eus l’impression qu’il venait de me mettre une énorme gifle. Ce cher médecin me demanda de faire des examens plus approfondis et je repartis avec un million de question et un rendez-vous pour un doppler.

Étant fumeuse, la première chose qui me vint à l’esprit est que se sont mes artères du cœur qui sont bouchées. Et bien non! À ma grande surprise, nous avons des artères digestives qui alimentent le foie, l’estomac, etc…Après une visite chez mon médecin de famille, elle m’explique que c’est le tronc coeliaque et l’artère mésentérique supérieure qui sont bouchées. Evidement elles sont primordiales. Mais la nature étant bien faite parfois, une déviation s’est formée, afin que le sang circule mieux, mais c’est comme les rustines sur les pneus de vélos, c’est temporaire.

J’ai donc fait ce fameux doppler. Quand tu commences un examen qui est censé durer 30 mns avec 2 techniciens et qu’au bout d’une heure et demie tu termines avec 12 médecins dont le chef de radiologie, tu as comme un mauvais pressentiment. Et ce n’était que le début de mon histoire. Le diagnostic tombe et confirme que mes artères sont bouchées à 100% et qu’une chirurgie est nécessaire et urgente.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article