Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Au fil de la maladie

Au fil de la maladie

Biographie, maladie

Ulcère ou hémorragie?

Trois mois après ma dernière chirurgie, soit celle du 1er janvier 2014, une douleur dans le bas ventre me faisait mal depuis une semaine. Dans l’ensemble j’avais bien récupéré de ma dernière opération, mon retour au travail était prévu pour Avril et j’avais vraiment hâte. Après tout ce qui s’était passé dernièrement, je ne pris pas de chance, je décida d’aller aux urgences voir ce qui clochait. Après avoir passé par tous les examens en partant de l’examen gynécologique, Ct scan, radio et gastroscopie, ils finirent par supposer que j’avais un ulcère à l’estomac. Mais l’autre équipe, elle, penchait plus sur l’hémorragie. Donc, j’ai du rester encore une semaine. Je parti avec une prescription pour un ulcère. Et je devais revenir un mois plus tard pour un contrôle.

Tel que prévu, me voilà de retour un mois après a refaire une gastroscopie. J’avais demandé à mon fils de m’accompagner ce jour là.

J’étais sur le brancard, la gastroscopie finie, j’étais un peu dans les vapes et j’attendais le rapport du médecin quant tout d’un coup il me dit « il faut que vous alliez voir votre chirurgien maintenant, il y a urgence, je l’appelle maintenant et allez le voir », je lui répondis « est-ce que cette urgence mérite une chirurgie? », sa réponse fût OUI.

Logiquement après une gastroscopie, vous devez rester allongée entre 30 mns à 1h. Moi 10 minutes plus tard, je récupérais mes vêtements, m’habilla et fila voir mon chirurgien qui évidement ne s’attendait pas à me revoir de sitôt. L’adrénaline monta vite à mon cerveau, je ne savais pas encore ce qui allait me tomber sur la tête. Tout se bousculais là haut. Me voilà arrivée à l’étage où mon chirurgien recevait ses  patients. Je m’annonçai auprès de la réceptionniste qui était déjà informé que j’arrivais.

J’attendis à peine 10 minutes que mon nom retentit dans la salle d’attente.

J’expliqua vite fait au chirurgien ce qui venait de se passer et il appela le gastroentérologue qui venait de faire ma gastroscopie pour avoir plus de détails. Mon fil et moi nous nous regardions dans l’angoisse en se demandant ce qui allait se passer. Le chirurgien revint, et m’annonça d’un calme olympien que le pontage perforait de nouveau mon estomac et qu’il fallait opérer rapidement. Il me tendit un consentement à signer et je le regarda en lui demanda si un jour tout cela allait s’arrêter.

Je repartis avec un papier destiné à mon employeur spécifiant que j’allais subir une autre chirurgie le 14 avril 2014, que mon arrêt de travail était donc prolongé de 6 mois.

J’étais abattue. Je sortie de l’hôpital avec mon fils, j’étais dans tous mes états et le pauvre du haut de ses 14 ans, voyait sa mère pleurer et ne savait plus trop quoi faire pour moi. Je repris mes esprits et appela mon employeur pour lui annoncer que le lundi qui suivrait, je ne rentrerais pas travailler mais plutôt à l’hôpital. Évidement il était désolé pour moi, comme beaucoup de monde d’ailleurs.

Pendant la semaine qui me restais à la maison, je préparais pleins de bons petits plats pour mes hommes, j’envisageai un séjour de 3 semaines, alors je me suis mise aux fourneaux afin qu’ils n’aient pas ça à se soucier. Le décompte pour l’entrée en enfer avait démarré.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article