Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Au fil de la maladie

Au fil de la maladie

Biographie, maladie

Et le temps passe...

Je continue mon récit sur mes 3 longues années d'hospitalisation. Mes peurs, mes envies, mes passions sont les quelques lignes que vous pourrez lire à travers mon histoire.

 

Merci à tous les lecteurs qui me suivront.

 

Karine

Et le temps passe...

L’été était déjà fini, les écoliers reprenaient le chemin de l’école et moi j’étais toujours au même endroit. À l’hôpital, désemparée en attendant que le miracle arrive, en espérant toujours retourner travailler et reprendre enfin une vie normale. Que peut-être ce n’était qu’un cauchemar et que tout cela allait s’arrêter aussi vite que ça s’était venu. Mais non, je vivais bien dans la réalité. Je ne pouvais plus manger sans que cette fistule régorge tout ce que j’avais avalé.

Les médecins avaient abandonné l’idée que je mange. Mais me recommandaient de manger du « Boost ». Une sorte de crème au chocolat ou vanille hyper vitaminée. J’aimais ça mais la fistule, beaucoup moins qui continuait de plus belle à couler. Mais mon cher médecin, le Docteur Vanounou, continuait de me promettre qu’elle se fermerait et que de toute manière, jamais il n’avait vu une fistule qui ne se fermait pas. Sauf que maintenant, je n’étais plus à côté de mes pompes, mon conjoint et moi s’étions informés sur le sujet et une fistule passée 45 jours, soit 1 mois et demi après ne se refermerait JAMAIS sans chirurgie. De plus, le médecin commençait à parler d’un retour à la maison. Même si cette idée me faisait rêver, il fallait être réaliste, c’était impossible. Ma plaie était toujours ouverte et nous changions le pansement 6 fois par jour. Un vrai supplice. Mais lui il ne voyait pas tout ça. La seule chose qu’il voulait, c’était que je rentre dans sa liste de patients « soignés » et c’est tout. Du reste, il ne passait me voir que quelques fois ou sinon nous nous croisions dans les couloirs. Et ravi de me voir debout il me disait.

-« Whouaa, vous êtes en forme, c’est bien, je suis content! ».

Mais moi je ne l’étais pas du tout. La déprime avait envahie ma case sentiments et je ne voyais pas d’évolution du tout.

Comme je ne pouvais pas manger, je m’alimentais d’émissions culinaires à la TV. En passant de Ricardo à Signé M. Je prenais quelques recettes par-ci par là en me disant que lorsque je serais de retour à la maison je ferais telle ou telle recette.

Pour le plaisir de chacun, je vous en ai sélectionné quelques unes que j’ai faite depuis.

Linguinis aux moules safranées

Feuilleté au jambon

et plein d'autres ici

Ma dépression avait inquiété quand même le personnel médical, j’eu donc la chance de rencontrer un psychiatre. Oui dans les hôpitaux, ce sont des psychiatres et non des psychologues.

J’eu le plaisir de rencontrer le docteur Mark P. Adam. La première fois que je l’ai rencontré, croyez moi que je n’avais pas mon plus beau sourire! Mais il a su m’adopter et j’appréciais sa venue chaque semaine. Ça me faisait du bien de parler avec lui. Cet homme d’une coquetterie exemplaire et d’une gentillesse incroyable m’a fait connaître une infirmière qui travaillait avec lui, Martha Pelletier. Ces deux personnes ont été très importantes pour moi durant mon hospitalisation à l’hôpital Général Juif. Ils m’ont fait gardé espoir et m’ont apporté la force que j’ai eu pour traverser tout ça. Malheureusement le Docteur Mark P. Adam a été foudroyé d’une tumeur au cerveau. Il est décédé 1 mois après le diagnostique, soit le 24 Octobre 2015. Son décès m’a énormément touchée.

Martha quant à elle, une femme débordante d’énergie, quelqu’un d’extraordinaire. Elle me disait toujours.

-« Tu verras, on fera la dance du bonheur un jour! »

Que d’optimisme! Chaque jour, elle me donnait une lueur d’espoir et m’appuyait sur toutes mes décisions. Elle m’écoutait et souvent nous parlions de tout et de rien. Maquillage, cuisine, etc…et lorsqu’elle partait en vacances, elle me ramenait toujours un petit truc marrant. Par exemple pour Noël, elle m’avait offert une paire de boucles d’oreilles avec des rennes et une paire de chaussette toute rigolote. Un tas de petits gestes qui font plaisir et te remonte le moral. Elle me manque beaucoup. Mais j’ai pleins de souvenirs d’elle, qui me rappellent à quel point c’est une femme admirable. Je vous laisse lire cet article qui confirme mes dires.

Docteur Mark P. Adam

Docteur Mark P. Adam

Martha Pelletier

Martha Pelletier

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article